Allocation universelle en Finlande: le test a démarré

 | Paru dans blog politique  | Auteur : Yannic Forney

Alors que la Suisse a refusé par 76,9% de voix le revenu de base inconditionnel, la Finlande a introduit au début de cette année, en phase test, une allocation de 600 francs par mois pour 2000 chômeurs, âgés de 25 à 28 ans. Ces personnes recevront pendant deux ans ce montant, qu’elles retrouvent ou non du travail.

Ce test finlandais est pour le moins discutable puisqu’il représente non seulement un petit échantillon de la population strictement limité aux chômeurs, mais, en plus, l’allocation reçue s’ajuste en grande partie aux autres allocations existantes. Peut-on réellement parler d’allocation universelle dans ce cas? On peut en douter puisque l’ensemble de la population n’en bénéficie pas et que l’allocation versée est plafonnée si d’autres allocations sont perçues.

En crise depuis plusieurs années, la Finlande a du mal à retrouver le chemin de la croissance économique, certains secteurs de l’économie allant très mal (électronique, industrie du papier), le taux de chômage étant élevé (9,4% en 2015), la dette publique atteignant 75% du PIB et les exportations étant en forte baisse (en particulier vers la Russie). Dans ce contexte d’austérité, la Finlande compte redynamiser son économie par le versement de cette allocation. C’est cependant une illusion de croire qu’une allocation universelle lui permettra, à elle seule, de retrouver rapidement la voie de la croissance. En effet, l’introduction d’une allocation universelle reste très coûteuse, d’autant plus si l’expérience devait être menée sur l’ensemble de la population et que les effets incitatifs sur l’emploi sont fortement remis en question.

Il sera toutefois intéressant d’analyser les résultats de ce test finlandais –même s’il ne s’agit pas d’un revenu de base au sens strict – et d’observer la réaction du gouvernement finlandais suite à cette expérience.



Poster un Commentaire