Brexit: du mythe à la froide réalité

 | Paru dans Blog FER Genève  | Auteur : Stéphanie Ruegsegger

Le vote en faveur du Brexit des Britanniques est l’expression de plusieurs messages, dont la volonté de signifier leur indépendance face à l’Union européenne et de démontrer que la puissance de leur Royaume n’avait rien à gagner de cette alliance avec l’Europe. Vient à présent le temps de la mise en pratique. Le réveil pourrait être douloureux.

Pas question bien entendu de discuter la décision, démocratique, des citoyens. Le fait est toutefois que ce départ pourrait bien révéler une réalité moins chatoyante dans les faits qu’au travers des slogans de la campagne. Les chiffres démontrent que la Grande-Bretagne n’est pas si performante que cela. Son industrie est faible et peu compétitive, en dépit d’une monnaie devenue plus attractive au fil de ses dévaluations. Son économie est fortement dépendante de l’Union européenne, qui représente son principal marché, comme elle est dépendante des capitaux étrangers investis en Angleterre. Si la finance représente un atout majeur pour l’économie du pays, elle est en grande partie liée au succès du marché européen intégré. Or, la décision de sortir de l’Union pourrait contraindre les acteurs de ce secteur à déserter Londres et la Grande Bretagne, alors même qu’ils y emploient 2,1 millions de personnes (7,2% de la main-d’œuvre) et représentent 11% des recettes fiscales.

Le Brexit conduira par ailleurs la Grande-Bretagne à renégocier une cinquantaine d’accords commerciaux avec ses partenaires. Open Europe – organisation plutôt eurosceptique – a de son côté calculé qu’une éventuelle adhésion du pays à l’Espace économique européen impliquerait une reprise de 93% des réglementations européennes.

Les mois à venir pourraient donc être plus douloureux que prévu pour les Britanniques. Et le mythe de l’indépendance prendre un sacré coup. Si le vote devait toutefois avoir une vertu, ce serait celle de rappeler que l’Alleingang a un prix, politique comme économique. Reste à savoir s’il en vaut le coup.



Poster un Commentaire