Décoder le vote des Suisses

 | Paru dans Entreprise romande  | Auteur : Flavia Giovannelli
visuel visuel

Après la canicule de l’été, l’automne va bientôt entraîner le retour des préoccupations brûlantes des Suisses. En effet, même si nous sommes considérés comme un peuple plutôt privilégié1, cela n’empêche nullement le citoyen lambda de nourrir des inquiétudes concernant son avenir. Sur cette planète chamboulée, où le danger semble venir de toutes parts, rien ne nous semble sûr. Et comme les Suisses sont des champions du monde de la démocratie directe, nous nous rendons aux urnes entre deux à quatre fois par année; il est donc facile de suivre l’évolution de notre sensibilité à date régulière.

Ainsi, les enjeux de prévoyance vieillesse arrivent désormais en tête de liste des préoccupations des Suisses, devant le chômage, qui a longtemps été la préoccupation numéro un. Suivent les sujets touchant à la santé et aux assurances maladie. Parlons aussi de l’immigration, thème indéniablement central, qui véhicule toujours un malaise plus ou moins avoué. Lorsqu’ils sont interrogés lors de sondages, les citoyens livrent rarement le fond de leur pensée. Or, il faut bien constater qu’ils sont de plus en plus perméables aux discours des partis extrémistes. Dans le secret de l’isoloir, une initiative comme celle Contre l’immigration de masse a ainsi réussi à passer d’un souffle en 2014, à la surprise générale, même de ceux qui l’avaient lancée.

Qu’en ira-t-il à l’avenir? En septembre prochain, il faudra voter sur deux initiatives alimentaires. A plus long terme, des projets sur les thèmes fondamentaux que nous venons de citer reviendront: certains attendent l’approbation du Parlement, du Conseil fédéral ou l’aboutissement de la récolte des signatures. Il en ressort une constante dans les soucis helvétiques, notamment sur les questions de l’environnement et de la santé, mais aussi une tendance au repli sur soi. Lancé en 1891, le droit d’initiative a toujours permis de garder une connexion directe entre la réalité sociale et les lois. Toutefois, cet outil, que d’autres pays nous envient, ne doit pas devenir un instrument détourné de ses buts initiaux, à savoir de permettre à des groupes non organisés au sein de partis politiques de se faire entendre. Il arrive ainsi que, sous couvert «d’amener le débat sur la place publique», certains partis fassent surtout du marketing politique. A nous de rester attentifs et de faire en sorte que le devoir de vote reste un acte mûrement réfléchi, non une réponse anxiogène à un mal-être diffus.

1Classement annuel du World Happiness record de l’ONU: la Suisse est le cinquième pays le plus heureux du monde, tenant compte de divers critères tels que la générosité, l’espérance de vie et la confiance accordée aux dirigeants.


Actus de la FER Genève

Métiers du digital

4 mars 2019 - Paru dans Entreprise Romande

«La situation de l’emploi va devenir de plus en plus tendue à Genève à cause de la digitalisation de l’économie». Qu’en est-il?

Lire plus

90 ans: quel anniversaire!

7 décembre 2018 - Paru dans Entreprise Romande

L’Escalade est à nos portes et avec elle la fin de l’année. L’occasion d’en faire le bilan et de se réjouir de ce qui a été accompli.

Lire plus
Best for Geneva: les inscriptions sont ouvertes

Best for Geneva: les inscriptions sont ouvertes

15 février 2018

Best for Geneva: les inscriptions sont ouvertes Le programme Best for Geneva 2018 s’inscrit dans le cadre des mesures préconisées par la...

Lire plus