La loi sur le travail pourra entrer dans le XXIe siècle

 | Auteur : Stéphanie Ruegsegger

Loi fédérale sur le travail dans l'industrie, l'artisanat et le commerce! Voilà un titre qui fleure bon le siècle passé. Le problème est que l’esprit de loi est à l’avenant et que celle que l’on connait plus généralement sous l’intitulé de loi sur le travail a quelques bonnes décennies de retard sur la réalité sociale et économique d’aujourd’hui.

C’est pour dépoussiérer cette vieille législation que le Conseiller aux Etats Graber a proposé un allégement des procédures, par le biais d’une initiative parlementaire. En substance, Konrad Graber demande que les travailleurs exerçant une fonction de supérieur ou de spécialiste disposant d’un pouvoir de décision important puissent bénéficier de davantage de souplesse dans l’aménagement de leurs horaires. Tout en maintenant certaines cautèles.

Chargée d’étudier l’initiative parlementaire du sénateur, la majorité de la commission de sa commission de l’économie et des redevances du Conseil des Etats vient de rendre son avis sur la question. Et il est plutôt positif. Relevant que la loi sur le travail repose principalement sur une conception du travail de la première moitié du XXe siècle, la commission constate qu’elle ne prend pas suffisamment en compte l’évolution de l’économie, qui s’est tertiarisée. Les besoins des travailleurs ont également évolué, et ces derniers souhaitent avoir davantage la maîtrise de leur organisation du temps de travail, de manière à mieux concilier vies privée et professionnelle. La commission entre donc en matière sur cette initiative à une forte majorité de 10 contre 3. On ne peut que se réjouir de cette évolution, qui permet de dépoussiérer une loi devenue obsolète avec le temps, pour la faire entrer dans le XXIe siècle.

 



Poster un Commentaire