La malhonnêteté intellectuelle ne sert pas la démocratie

 | Paru dans Blog politique de la FER Genève  | Auteur : Stéphanie Ruegsegger

La Tribune nous l’apprend: un référendum sera lancé le 6 octobre prochain par la gauche dure (en existe-il une molle?) genevoise contre le projet de réforme fiscale que le Parlement fédéral s’apprête à adopter. Rien de bien nouveau sous le soleil, avec ce scoop qui n’en est pas vraiment un tant cette mouvance est habituée à faire feu de tout bois.

Ce qui est plus surprenant, et même carrément gênant, c’est l’intitulé sous lequel elle compte battre le pavé: référendum contre des cadeaux aux nantis payés par les femmes. Mais de quoi parle-t-on exactement ? Dans le cadre des débats sur ce projet qui lie réforme fiscale et financement de l’AVS (deux dossiers urgents et cruciaux), certains parlementaires ont souhaité que l’âge de la retraite des femmes soit relevé d’une année. Et ils n’ont pas été suivis. Alors que l’on soit d’accord (ce qui est mon cas) ou non avec ce projet, le genre n’a rien à voir là-dedans et femmes et hommes sont concernés au même titre. 

On ne peut dénoncer à longueur d’année les dérives populistes de certains discours de de droite, et dans le même temps donner dans le même type de discours malhonnête. Ce type d’amalgame dessert totalement notre démocratie. Mais cette dernière n’a peut-être pas beaucoup de valeur aux yeux des référendaires.




Poster un Commentaire