Le solde migratoire avec l’UE-28/AELE baisse en Suisse

 | Paru dans Blog politique  | Auteur : Yannic Forney

Le quatorzième rapport de l’Observatoire sur la libre circulation des personnes entre la Suisse et l’UE montre que le solde migratoire avec l’UE-28/AELE a reculé de 11% par rapport à 2016 et de près de 50% par rapport à 2013. Même si l’on tient compte de l’immigration provenant des Etats tiers, le solde migratoire en 2017 s’est élevé à 53'950 personnes, valeur très inférieure à sa moyenne à long terme.

Que s’est-il passé ? La reprise conjoncturelle en Europe du Sud explique en partie ce phénomène puisque le recul du taux de chômage dans cette région de l’Europe a contenu les flux migratoires en direction de la Suisse, en particulier pour la main-d’œuvre portugaise. L’économie suisse a d’autre part connu en 2017 un redressement, certes encore un peu poussif, avec une croissance de l’emploi modérée durant l’année sous revue.

Toutefois, même si le rythme de croissance de l’économie suisse semble s’accélérer durant cette première période de l’année 2018, entraînant une baisse substantielle du taux de chômage, le rapport établi par l’Observatoire sur la libre circulation indique « qu’en début d’année, aucun signe n’indiquait que l’immigration allait à nouveau augmenter. D’ailleurs, entre janvier et mai 2018, l’immigration nette cumulée au sein de la population résidante permanente était de 4% inférieure à sa valeur de l’an passé ». Cette situation s’explique non seulement par la bonne conjoncture prévalant dans la zone euro, mais également par l’attrait qu’exercent certains pays sur la main-d’œuvre étrangère. Il est essentiel que la Suisse suive cela de très près, car à moyen terme, les entreprises suisses pourraient rencontrer des difficultés de recrutement, que ce soit de la main-d’œuvre qualifiée ou pas.



Poster un Commentaire