Morosité économique prévue pour 2016

 | Auteur : Yannic Forney

La nette appréciation du franc suisse à la mi-janvier a fortement ralenti la conjoncture helvétique au premier semestre 2015 et la croissance économique annuelle 2015 sera vraisemblablement comprise entre 0,5% et 1%. Comment se présente 2016 ? La Chine poursuit sa mutation d’une économie industrielle orientée vers l’exportation vers une société des services tournée vers le marché domestique. A l’instabilité financière actuelle de ce pays (correction abrupte des bourses chinoises et instauration d’un système de change flexible), s’ajoutera vraisemblablement une baisse de la demande pour les matières premières.

La situation en Europe est précaire. Le taux de chômage reste à des niveaux élevés dans la zone euro et la croyance selon laquelle la réduction des déficits va restaurer la confiance ne s’est pas encore confirmée. Au contraire, les expériences ont plutôt montré que l’austérité générait récession et dépression. La montée du chômage est un véritable frein à la croissance. Il y a aussi des effets liés à un «ajustement asymétrique»: ceux qui voient leurs revenus baisser consomment moins alors que ceux qui le voient augmenter n’adaptent pas leurs dépenses dans les mêmes proportions. En outre, les menaces terroristes et la paralysie de certaines villes affecteront durablement l’économie.

Dans cette morosité ambiante, la Suisse ne va pas échapper en 2016 à une évolution ralentie de sa conjoncture: franc élevé, baisse marquée des prix dans de nombreux secteurs, pertes consenties par de nombreuses entreprises pour rester compétitives. Il ne serait pas étonnant de voir augmenter le taux de chômage, avec un taux moyen pour la Suisse qui pourrait atteindre entre 3,5% et 4,5% et une croissance annuelle du PIB proche de celle de 2015.

 



Poster un Commentaire