Notre système de prévoyance vaut mieux qu'une mascarade

 | Paru dans Billet de blog FER Genève  | Auteur : Stéphanie Ruegsegger

La campagne de votation du 24 septembre prochain est lancée. Au cœur des festivités: un double vote sur le système de prévoyance professionnelle suisse. Pour lancer le débat, les opposants au projet ont joué un simulacre de pièce de théâtre sur la place fédérale à Berne, n’hésitant pas à forcer le trait.

On peut apparemment rire de tout, ce serait même bon pour la santé. Mais si l’humour et un certain recul n’ont jamais fait de mal, on peut se demander si la transformation de politiciens en amuseurs publics, le temps d’une représentation, ne contribue pas à dévaluer leur image auprès du grand public. A eux d’en assumer la responsabilité.
Ce qui pose davantage problème, c’est le sujet de leur farce, de leur «Kabarett» serait-on tenté de dire dans la mesure où la pièce s’adressait à un public alémanique. L’enjeu est n’est plus ni moins la survie de notre système de prévoyance vieillesse, que tous nos voisins nous envient, et que l’évolution démographique impose d’adapter. Après différentes réformes avortées, le temps presse et l’on ne peut plus tergiverser. La question n’est plus de savoir si nous voulons un projet avec un peu plus de ceci ou un peu moins de cela. Elle est de savoir si nous voulons préserver un système qui assure un niveau de revenu suffisant aux Suisses, une fois à la retraite. Cela mérite mieux que le triste spectacle livré sur la Place fédérale. Cela mérite surtout un double oui dans les urnes. 



Poster un Commentaire