Petit commerces: clap de fin?

 | Paru dans FERinfos

Alors que les arcades commerciales dans les hypercentres sont toujours aussi convoitées par les grandes enseignes internationales, celles de nombreuses rues commerçantes périphériques, telles que la rue du Mont-Blanc à Genève ou la rue de Bourg à Lausanne, ne se portent pas aussi bien.

Depuis quelques années, de nombreuses arcades restent vides après la fin d'un bail. La concurrence du e-commerce et le tourisme d'achat ont certainement miné les petits commerces, sans compter les prix des loyers. Alors qu'une baisse pourrait donner une bouffée d'oxygène à ces commerces en difficulté, les propriétaires s'y refusent afin de ne pas faire chuter la rentabilité de leur bien.

Les vitrines laissées vides font ainsi baisser l'attractivité du quartier et engendrent un cercle vicieux. Selon certains experts, les commerces qui survivront seront ceux où le conseil et le service sont importants tels que les magasins de vélo ou les commerces de bouche.

Les activités qui occupent aujourd'hui les étages comme les cabinets médicaux pourraient, quant à elles, s'intéresser à ces espaces nouvellement laissés vacants.

Source: Bilan, 26.04.2018